« Le tango, c'est la trace d'une histoire d'amour laissée sur le sol de danse »


Dana Mussa performera le samedi 29 février au Studio Abrace au milieu d'un bal tango. Rencontre avec la célèbre danseuse et chorégraphe kazakhe

Par Seilya Drine

Le 29 février vous venez faire une performance au Studio Abrace au milieu d’un bal tango. Comment vivez-vous cela ?

Je pense que ma performance au milieu d’un bal tango sera une expérience unique, originale pour moi comme pour les spectateurs. Je vais danser quelque chose qui n’a rien à voir avec le tango. Je danserai deux performances très opposées. Quelque chose de très classique, gracieux et une autre danse très sauvage qui vient de l’univers de la danse tribale. J’interpréterai deux personnages féminins très différents.
Je suis très admiratrice de la danse tango. Je ne la pratique pas, mais j’adore la regarder et je l’ai déjà essayée, c’est très passionnant. Mélanger les univers, les cultures, les musiques différentes ça m’excite beaucoup. Rencontrer le genre d’un autre milieu de danse. Je pense que ça va être très enrichissant pour nous tous donc j’ai vraiment hâte de faire mes performances le 29 février au Studio Abrace.

Que vous inspire le tango, que vous évoque-t-il ?

Le tango est une danse de sentiment, de passion, d’amour, de liaison profonde, parfois de conflit et de combat. C’est une danse qui ne laisse pas froid. Il y a beaucoup de sentiments, beaucoup d’émotion. Il faut s’appliquer, s’engager. Pour moi, le tango a beaucoup de cœur, de l’âme. C’est une danse de couple, et comme dans chaque couple, il faut savoir guider et être guidé. Avoir le plaisir de chacun des rôles. Ce n’est pas facile de guider, ni d’être guidé. Comme au sein de chaque couple, il y a un dialogue, il faut savoir écouter. C’est une danse chargée d’émotion. Regarder le tango, c’est comme la trace d’une histoire d’amour laissée sur le sol de danse. La musique m’inspire beaucoup. Pendant les cours de danse classique, nous utilisons parfois la musique tango. C’est une musique qui fait bouger, donne envie de danser. Ça peut être très sexy. C’est très passionnant. J’adore. Et ça me donne des idées pour mon archétype cavalière. Parfois avec mes élèves, on fait un jeu d’improvisation où il y a une cavalière et son cheval. Les deux danseurs changent de rôle, le but est de guider et être guidé. Ce n’est pas facile mais c’est très intéressant.


>> Samedi 29 février, de 20h à minuit, au Studio Abrace, bal tango et performance de Dana Mussa. 4 bis Avenue de la pêcherie 95630 Mériel. Contact et réservations : 06 61 89 89 99 | abrace@live.fr

Articles les plus consultés